Zarkastique


Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



Parmi les règles qui ont été fixées dans le travail La grande misère des Barthes, l’une était de créer une sculpture pour chacun des sept lieux. Chaque volume est conçu à partir d’un corpus de dessins qui constitue le répertoire graphique du lieu.

Deux des sites sont traversés par deux ponts romans en ruine. Pour simuler l’habitation d’un espace inconfortable et hostile, l’idée s’est concrétisée de fabriquer un volume faisant allusion au mobilier.
La présence de la ruine historique a suggéré une correspondance formelle avec l’écritoire, représenté dans le tableau Saint Gérôme, d’Antonello de Messine. Une maquette a été conçue, une étude financière pour une réalisation en grand format a été conduite. En cours d’élaboration, la découverte subite que l’artiste, Raphael Zarka, s’était déjà approprié l’écritoire, a produit une très grande crise dans le travail. Certes, l’écritoire d’Antonello de Messine n’appartient pas à cet artiste. Le geste qui consiste à le sortir du contexte du tableau pour emmener l’objet (via une incarnation matérielle) dans celui de notre contemporanéité n’existe que dans la cohérence du travail de Zarka. Rien n’empêche de réitérer ce geste, dans un autre format, avec d’autres matériaux et dans un contexte de travail différent.

Mais cette découverte a frappé sur le désir, au point d’entrainer un renoncement de la poursuite de la réalisation. Le film Zarkastique1 est une réponse à cette situation. La maquette de l’écritoire envisagée, se déconstruit en tournant comme un manège, puis une autre forme aléatoire apparait avec les restes de l’écritoire. Simultanément les trente et un premiers vers de la poésie Le lais de François Villon défilent en tournant aussi dans la partie supérieure de l’image. L’extrait de Le lais se termine par « Planter me faut autres complants. Et frapper en un autre coin », soit « faire d’autres projets et prendre une autre maitresse ».

Non, je n’ai pas beaucoup travaillé. Je pense que je vais prendre un de ces fichus boulots de jour. Tu sais quand tu es marié, c’est un peu différent. Avant, c’était pas pareil. Je travaillais, je ne travaillais pas, cela revenait au même. Si j’avais besoin d’argent, j’empruntais 5 dollars à ma mère. Maintenant les factures n’attendraient pas. Quand tu es marié, tu dois travailler régulièrement ou alors tu ne peux pas t’en sortir. H. Becker


1. Le titre Zarkastique est une suggestion de Jean Paul Laurent.