L'enfant, le bachelier, l'insurgé (partie 1)


Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Comme l’indique le titre, cette projection est constituée de trois parties. Chacune des parties a sa
propre couleur (l’enfant en couleur dorée, le bachelier en bleu, et l’insurgé en rouge) et un univers
sonore différent : l’enfant un son hypnotique, le bachelier un peu angoissant, et l’insurgé un son
heurté. Entre chaque image s’intercale un récit distillé phrase par phrase : une histoire d’enfant, puis
un récit de bachelier, enfin une histoire plus distanciée par rapport à l’insurgé, disons ironique.

Toutes les images ont été réalisées lors d’une résidence au Lycée de Montfort sur Meu (35). Ce sont
des salles de classe vides ou des fragments de l’environnement scolaire.

Les images n’illustrent pas le récit, c’est un catapultage d’émotions hachées, comme s’il s’agissait de
réminiscences dans un espace et une temporalité incongrue. Le récit fait effraction dans la répétition
ordonnée des choses, il est le corps absent et prend la place du regard.

L’esprit de la profession favorise l’admiration pour les comportements spontanés et individualistes, et
le dédain pour les normes sociales ordinaires. On peut s’attendre à ce que les membres d’un métier où
s’est développé un tel esprit soient pris dans des conflits quand ils entrent en contact étroit avec la
société.
H. Becker

Autres vidéos :

L'enfant, le bachelier, l'insurgé (partie 2) - L'enfant, le bachelier, l'insurgé (partie 3)