La grande misère des Barthes 1


Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

Au cours du travail sur La grande misère des Barthes, quatre films ont été réalisés.

Ces films, conçus comme des boucles d’une vingtaine de minutes, évoquent à travers les parcours
des « témoins » invités sur les lieux, les rapports intimes entretenus avec ces paysages en cours de
mutation ou de destruction.

Le premier film a été tourné avec Jean-Christophe, un ami Montpelliérain. Il garde une attitude
naturelle malgré l’incongruité de la situation : il arpente en pataugeant dans l’eau, les sept lieux qui
constituent le territoire de La grande misère des Barthes.

Il est comme un saint Jean-Baptiste athée, les fidèles ont disparus, il fume une cigarette. Ses
apparitions et disparitions révèlent une réalité hors contexte, plaquée sur un paysage.

Ce paysage n’est pas un décor mais la clôture d’un espace reconstruit par les déplacements du personnage.


J’ai joué pour un mariage Italien dans le quartier sud-ouest, la nuit dernière, avec Johnny Ponzi. On a
joué une demi-heure sur les arrangements spéciaux qu’ils utilisent, et qui ne sont vraiment pas du
genre commercial. Alors un vieil Italien, commence à brailler : « c’est moche, ça ne vaut rien votre
musique, jouez des polkas, jouez de la musique italienne »
. H. Becker

Les autres vidéos :

La Grande Misère des Barthes 2 - La Grande Misère des Barthes 3 - La Grande Misère des Barthes 4